Journal La Nation : « La Nation » le quotidien d'informations et d'actualités, est un journal quotidien de 16 pages minimum au format standard des quotidiens Nationaux de la place. Elle est déjà sur le marché, présente à Antananarivo et dans les provinces.

Edition du

02/10/2014
N° 693

 

Recherche Journal

Les hors-la-loi de la République

Les violations des lois en vigueur sur le territoire de la République de Madagascar ne datent pas seulement d’aujourd’hui, il est vrai. Mais cela ne veut pas pour autant dire que ceux qui les font de nos jours ne sont pas à blâmer. Dans le temps, à propos des exportations de café, de vanille et de girofle, seuls les patrons des entreprises de ces filières plus que très juteuses et quelques aventuriers tentés par le rêve de faire fortune très vite, se hasardaient à se mêler de ce commerce seulement réservé aux grosses pointures comme les sociétés Henri Fraise, Tatienne, Bemiray, Vanille Mad, les établissements Ranjanoro, Germain, Ramanandraibe, et les autres.

Manomboka « mikorintsana » araka ny fitenin’ny tanora ireo minisitra sasan-tsasany manoloana ny fepetra noraisin’ny mpanao gazety taorian’ireny fampidirana am-ponja ny namana roalahy tao amin’ny Madagascar Matin ireny. Nisafidy ny tsy hamoaka vaovam-panjakana intsony mantsy ny gazety sy radio ary fahitalavitra miray feo tamin’ny tolona ho amin’ny fahalalahan’ny asa fanaovan-gazety izay mitaky ny fialàn’ny minisitra, Anthelme Ramparany, Cyrile Reboza, Rivo Rakotovao ary ny talen’ny kabinetran’ny prezidansa, Henry Rabary-Njaka. Ny fialàn’ireo tomponandraikitra efatra ireo no antoky ny fiverenan’ny famoahana vaovaom-panjakana.

Toutes les propositions de solution sur le délestage à travers le pays ne sont finalement pas les mieux appropriées. En tout cas, il n’y a pas de proposition convaincante pour sortir de manière durable de ce scandale. Depuis des décennies, on parle de délestage dans la Grande Ile. Depuis longtemps, des techniciens ont avancé la nécessité de changer complètement de registre. Mais aucun dirigeant malgache n’a pris l’initiative de tout remettre en question.

Après le référendum du 28 septembre 1958, l'Etat de Madagascar est officiellement proclamé une République le 14 octobre 1958 par le Haut-commissaire André Soucadaux et s'intitule « République Malgache ». Ont suivi l’abrogation de la Loi d’annexion, la naissance d’une Assemblée constituante et législative, présidée par Norbert Zafimahova afin d’élaborer la nouvelle Constitution… Philibert Tsiranana devient ainsi le Premier Président de la République malgache, élu à l’unanimité par les membres de cette assemblée. C’est ce jour-là que l’ancien bouvier d’Anahidrano devenu Chef d’Etat avait déclaré. « La République est née, mais elle a besoin du civisme de ses enfants pour s’épanouir ».

Hery Rajaonarimampianina avait-il conclu une entente avec l’ancien président Didier Ratsiraka ? Des proches de l’ancien président atterrissent depuis presque un mois dans le cercle fermé des conseillers de Hery Rajaonarimampianina. Il s’agit en fait, d’Hyacinthe Befeno Todimanana, membre actuel du comité directeur de l’Arema pro-Ratsiraka, de Léon Rajaobelina, ancien cadre de l’Arema et ancien gouverneur de la Banque centrale de Madagascar et ministre des Finances et du budget sous Didier Ratsiraka.

Un atelier sur la sécurité dans la partie Sud du pays se tient depuis hier à Ambovombe. La population aimerait bien y croire. Car les plus hauts responsables de la sécurité dans le pays y sont présents. Mais la désillusion peut arriver assez vite.

Tomponandrikitra ambony avy ao amin’ny ministeran’ny Tontolo iainana sy ny Ala no nanatanteraka iraka tany amin’ny faritra Vatovavy Fitovinany, andro vitsivitsy lasa izay. Isan’ny nanamarika ny dian’izy ireo tany an-toerana ny fitsidihina natao tao amin’ny manodidina ny ala arovana any Tsiazombazaha ao amin’ny kaomina Mizilo any amin’ny distrikan’i Manakara.

Miteraka resa-be any Toliara, amin’izao fotoana izao ny tsy fanajan’ireo teratany sinoa monina any an-toerana, ny fomba amam-panaon’ny mponina. Niteraka disadisa teo amin’izy ireo sy ireo ray aman-dreny ara-drazana, indrindra ireo mpanao tromba, ny fandraofan’ireo sinoa ny fasika tao amin’ny faritry ny Doany tao Anketraka. Raha araka ny fifanarahana teo amin’ireo sinoa sy ireo ray aman-dreny any an-toerana dia ny fasika teo ambon’ilay toerana ihany no azo alaina.

Mety tsy tanteraka indray ny fanambin’ny fitondram-panjakana. Roa herinandro eo ho eo sisa dia tokony hiroso amin’ny fivoriana ara-potoanany ny Antenimieram-pirenena. Mety tsy ho ampy intsony, arak’izany, ny fotoana mbola ananana ka ahafahana miantso ireo solombavam-bahoaka hivory tsy ara-potoana mandritra ny 12 andro.

Mampiorohoro sy tsy mampandry fahalemana ny faritra maro eny amin’ny manodidina an’Ambohipo sy Ambolokandrina iny. Jiolahy mpamaky trano miisa valo no voasambotry ny Polisy avy ao amin’ny Boriboritany Faharoa etsy Ambohijatovo ny zoma 26 septambra lasa teo. « Taorian’ny fitoriana nataona olona miisa sivy niharan’ny vaky trano no nahafahana nisambotra azy valo lahy ireo tamin’ny alalany fanagonam-baovao natao teny amin’ny manodidina iny faritra Ambolokandrina, Ambohipo iny.

Faute de stratégies claires, les réalisations des statistiques à Madagascar ont été très limitées et en ce moment. Un besoin d’environs 39 millions de dollars serait nécessaire pour faire un recensement général digne de ce nom. Or, si la Stratégie nationale de développement de la statistique (SNDS) est appliquée effectivement, les orientations des activités statistiques s’amélioreront.

La rage et la peste font partie des maladies qui frappent encore l’Afrique et Madagascar. Ces maladies pourtant classées parmi les maladies tropicales négligées, continuent encore à tuer des centaines de malades. Selon la statistique de l'Institut Pasteur, le nombre de décès liés à la rage est au nombre de 03 durant l'année 2012 si le nombre de morsures enregistrées était de 5928. En outre, le nombre de cas de rage animale confirmée au laboratoire est de 103 durant la même année. Selon les explications d'un responsable au sein du ministère de la Santé, le Dr Marcellin Randriamanantena, la rage touche essentiellement 08 régions de la grande île y compris Analamanga et Vakinankaratra.

L’Union européenne a octroyé un financement de l’ordre de 211 millions d’ariary à l’Association des Médiateurs culturels ou ADMC hier au siège du Centre des Ressources des Arts Actuels à Ankatso. Le financement de ce projet « la médiation culturelle au cœur de l’action » entre dans le cadre du programme d’appui à la société civile Dinika, mis en œuvre par ladite association.