Journal La Nation : « La Nation » le quotidien d'informations et d'actualités, est un journal quotidien de 16 pages minimum au format standard des quotidiens Nationaux de la place. Elle est déjà sur le marché, présente à Antananarivo et dans les provinces.

Edition du

28/02/2015
N° 817

 

Recherche Journal

41.581 sinistrés et 14 décès

D’après le bilan provisoire publié par le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC), les fortes précipitations ont faits 14 décédés, 41.581 sinistrés et 21.128 déplacés dans les régions d’Alaotra Mangoro et d’Analamanga. Dans la région d’Alaotra Mangoro, on enregistre 14.484 sinistrés et 27 097 pour Analamanga. D’après le bulletin hydrologique publié par l’Autorité pour la Protection contre les Inondations de la Plaine d’Antananarivo (APIPA), le danger d’alerte rouge est déclaré sur la plaine d’Antananarivo. Ceci concerne essentiellement les zones de plaine de l'agglomération d'Antananarivo traversées par les rivières Ikopa, Sisaony et Mamba suite à la montée des eaux. A l’échelle d’Anosizato, le niveau de l’Ikopa est de 2,92 m.

Les événements sociopolitiques des derniers jours devraient interpeller les dirigeants du pays. Depuis deux jours, le niveau de l’eau a connu une hausse dangereuse dans de nombreuses localités du centre de la Grande Ile. C’est un fait inquiétant, et plus particulièrement alarmant pour cette saison des pluies.

Après l’affaire de financement, qui a fait couler beaucoup d’encre, d’un bâtiment au cœur de la ville à partir des avoirs de la Caisse d’Epargne de Madagascar, on a appris, de sources concordantes, que 4 autres milliards Ariary auraient été sortis d’une manière pas très catholique de la caisse de cette société d’Etat.

Le processus de réconciliation nationale n’est pas nécessairement facile à mener. Une conférence tenue hier à l’Université catholique de Madagascar, à Ambatoroka, a permis d’évoquer la question, dans le cadre d’un autre processus, qui a été plutôt minimisé, à savoir le processus de guérison nationale. C’est en partie la raison de la stagnation.

Après une semaine d’abondantes pluies diluviennes, Antananarivo la Belle est submergée et les alentours de la capitale sont complètement inondés. Les habitants croupissent dans des conditions invivables. Le fleuve Sisaony est sorti de son lit pour envahir les périmètres des périmètres de basse altitude qui se trouvent pratiquement sous les eaux. Les glissements de terrains et les éboulements entraînent des dégâts terribles. Les effondrements des habitations provoquent des accidents graves qui se terminent par des morts d’hommes écrasés sous les décombres. D’après le dernier bilan officiel publié, «au moins 14 décès ont été enregistrés suite aux fortes pluies et à l'inondation qui ont touchées plusieurs localités d'Antananarivo».

Quand le régime actuel a été érigé après les élections de décembre 2014, les Etats-Unis redémarrent la coopération bilatérale. Le domaine militaire est très vite abordé. 45 participants, dont des commandants militaires et des officiers ainsi que des civils issus d’institutions gouvernementales, des représentants des ONG et des organisations de la société civile qui ont participé à la planification ou l’exécution des opérations militaires internationales ou internes impliquant l'usage de la force, ont achevé avec succès le séminaire d'une semaine.

Nanatanteraka famelabelaran-kevitra izay nahitana ny fandraisan’anjaran’ny Profesora Ranjeva Raymond sy ny Profesora André Rasolo, ny fampianarana ambony katolika etsy Ambatoroka na ny UCM (Université Catholique de Madagascar). Niompana tamin’ny raharaham-pirenena, indrindra ny dingan’ny fampihavanana ny famelabelarana nataon’ireo mpandray anjara. Isan’ny fanontaniana goavana nitondran’izy ireo famakafakana ny momba ny fampihavanam-pirenena sy ny olana sedraina ao amin’ny fanatanterahana izany amin’izao fotoana izao.

Notontosaina ny alarobia teo, tao amin’ny lapan’ny tanana tany Toamasina ny fanolorana ny taratasy fandraisana ho mpiasam-panjakana ireo mpampianatra Fram voafidy tao amin’ny farimpiadidiam-pampianarana Toamasina I sy Toamasina II, izay isan’ireo miisa 721 ho an’ny Dren Atsinanana. Arak’izany dia isan’ny mpiasam-panjakana malagasy izy ireo manomboka izao.

Tsy mbola nisy tahaka izao marina ve teto amin’ny firenena raha ny fahavoazana nateraky ny andro ratsy sy ny ora-mikija no jerena ? Vitsy amintsika angamba no efa niaina izany tondra-drano tamin’ny taona 1959 izany teto Antananarivo fa na izany na tsy izany, raha ny fanatra dia tafiakatra 15 ireo namoy ny ainy nandritra ny alin’ny alakamisy hifoha zoma lasa teo. Niatomboka tamin’ ireo fianakaviana miisa enina izay niotsahan’ny trano tetsy Ankadilalana, izay fantatra fa manamboninahitra colonel efa misotro ronono niaraka tamin’ireo zanaka aman-jafiny tamin’ny 1 ora alina ary tsy hita ny razana raha tsy tamin’ny 5 ora ny voalohany.

Velon-taraina tanteraka ny mpitatitra sy ny mpampiasa lalana mampitohy an’Antsirabe amin’ny kaomina Ambano amin’izao fotoana .Nandritra ny tapa-bolana izao dia nanahirana ny fivezivezana any amin’ity faritra ity, izay 7 kilaometatra monja.

Tsy ny teto Antananarivo irery ihany no niharam-boina amin’zao oram-be mikija izao fa na hatrany amin’ny faritra hafa ivelany aza dia misedra ny fahavoazana ihany koa. Ny tany amin’iny faritr’I Vakinankaratra iny ihany koa dia nisy ny fahavoazana niteraka faty olona. Trano roa no nirodana tany ka ny iray dia ny alarobia lasa teo, teny amin’ny fokotany Tsivatrinikamo, tokony ho tamin’ny 3 ora maraina. Nanaitra ny manodidina moa ny fidobok’ilay firodanana ka taitra ny maro tao anaty torimaso.

Il semble que le régime actuel regroupe des personnalités qui ne sont pas conscientes que les mesures qu’elles prennent ne sont pas conformes à la Constitution. Un projet de loi sur le code minier est en gestation en ce moment tentant à réviser les lois régissant les activités minières à Madagascar.

C’est dans les locaux de la FAO à Ankorahotra que s’est effectué le lancement national du projet financé par le fonds de solidarité africain pour la sécurité alimentaire et l’Agriculture. « Renforcer le contrôle des menaces à la sécurité sanitaire des aliments, des organismes nuisibles des cultures et des maladies animales en vue de l’accroissement de la productivité agricole et du commerce en Afrique australe », reste le thème de ce projet pour quadriller les activités.

Le groupement des exportateurs miniers de Madagascar ou le GEPM demande à ce que la note émise par le ministère d’Etat en charge des Mines et du pétrole soit annulée.