Journal La Nation : « La Nation » le quotidien d'informations et d'actualités, est un journal quotidien de 16 pages minimum au format standard des quotidiens Nationaux de la place. Elle est déjà sur le marché, présente à Antananarivo et dans les provinces.

Edition du

01/09/2014
N° 665

 

Recherche Journal

Des révélations sur l’ « accident » d’Ankazimiroatra

Le lieutenant-colonel Alphonse Rakotonirainy décédait lors du crash de l’Alouette III à Ankazomiriotra le 30 juillet 1976. Avec ce ministre du Développement rural et de la réforme agraire des premières années socialistes, d’autres officiers ont succombé après cet « accident », notamment le Premier ministre de l’époque Joël Rakotomalala. Des décennies plus tard, la fille du lieutenant-colonel Alphonse Rakotonirainy, Sylvia Malalanirina Rakotonirainy, décide de briser le silence et évoque des circonstances et des zones d’ombre, qui ont entouré ce sinistre « accident ». L’interview exclusive a été réalisée par le journaliste Lala Haingo Rajoarisoa du site d’information madaplus.info dont le journal La Nation juge opportun de republier dans ses colonnes.

Firenena milamina, matanjaka ara-toekarena, mirindra ara-tsôsialy, anjakan’ny fihavanana ary tena mandroso, sns. Ireo no sary nofinofisin’ny eritreritra rehefa mihaino na koa mahita ny fireharehan’ny mpitondra. Vaky vava mihitsy ireo vahiny sasany eto amintsika amin’ny kabary sy ny lahateny maro ataon’ny mpitondra, indrindra ny filoha Hery Rajaonarimampianina. « Mandrevy ve io filoha io e? Tsy hitany ve ny fanafihana mitam-basy miharo vonoana olona isan’andro an-tanan-dehibe sy ambanivohitra? Efa tsy misakafo intsony mihitsy izao ny Malagasy, indrindra ireo tambanivohitra. Tsy misy mandeha ny asa fandraharahana, mikatso avokoa ny zava-drehetra».

Une nouvelle fois, c’est grâce à la ruse et au recours à la force que les autorités comptent mater définitivement le mouvement de revendication du personnel de la compagnie aérienne nationale, Air Madagascar. Tout le monde sait que l’actuel président du Conseil d’administration de la compagnie aérienne nationale est un proche collaborateur du président de la République. Il est donc plus que normal que les principaux dirigeants de la compagnie cherchent tous les moyens de mettre un terme au mouvement de revendication du personnel d’Air Madagascar.

La semaine qui venait de se terminer a été pour toute l’équipe au pouvoir et gouvernement de Roger Kolo l’occasion idéale pour prouver qu’ils étaient à la hauteur de leurs prétentions et de leurs ambitions. C’est raté ! Ils viennent tous de montrer (solidarité gouvernementale oblige) le décalage flagrant entre les engagements qu’ils débitent en public et les actes et mesures qu’ils ne réalisent pas du tout. Pourtant, depuis plusieurs semaines l’Alliance Voahary Gasy (AVG) s’évertuait à signaler les préparatifs d’embarquements clandestins de bois de rose effectués en plein jour, au vu et au su de tous à Mananara-Nord.

Depuis quelques temps, une nouvelle démarche a été entamée en vue de relancer le processus de réconciliation nationale dans le pays. Le ministère de la Communication, de l’Information et des Relations avec les Institutions est en train de se pencher sur une nouvelle approche. Des nouveaux acteurs sont impliqués.

Mbola tsy ahitam-bahaolana hatramin’izao ny mahakasika ny fitokonan’ny sendikan’ny mpiasan’ny kaompaniam-pitaterana Air Madagascar. Ahiana hitatra aza ny toe-draharaha satria raha nilaza ny hanamafy ny fitokonana ireo avy ao amin’ny sendikan’ny mpiasa dia mitsangana hanohitra izany fitokonana izany kosa ny ampahany izay milaza fa maro an’isa amin’ireo mpiasa. Ahiana arak’izany ny fisaraham-bazana eo amin’ny samy mpiasan’ity kaompaniam-pitaterana ity, na dia efa mivoatra aza ity raharaha ity tao anatin’ny faran’ny herinandro teo

Tsy misy vahaolana mihitsy ny resaka ady tany eto Madagasikara. Eny anivon’ny Fitsarana no tena olana satria tsy atokisan’ny olona intsony ny didy avoakan’ny Fitsarana, mahakasika ady tany izay mety mahatratra am-polo taonany maro. Toraka izany koa anefa ny sampan-draharaha miadidy ny fananan-tany (service des Domaines) izay anjakan’ny gaboraraka. Vokany, mifandrafy ny vahoaka ary lasa manjaka ny didin’ny be sandry.

Hijery ny ifotony ny fanondrananana an-tsokosoko ny andramena no nambara fa antondian’ireo iraky ny governemant, nahitana ny minisitry ny Ala, Ramparany Anthelme sy ny minisitry ny Fiarovam-pirenena, ny Jeneraly Dominique Rakotozafy ary ny minisitry ny Fitsarana Noëline Ramanantenasoa niaraka tamin’ny Sekreteram-panjakan’ny Zandarmariam-pirenena, ny Jeneraly Paza Didier. Efa lasa anefa ireo sambo miisa 4 mpitatitra “bois de rose” vao nandeha tany ireto iraka ireto ka mampametram-panontaniana ny olom-pirenena: sinema fotsiny ve sa kosa efa noseranan’ireo mpanao trafika-na “bois de rose” mialohan’ny fotoana?

Mahazo vahana tanteraka amin’izao fotoana izao ny doro tanety. Nanambara ny avy ao amin’ny ministeran’ny Ala, fa araka ny tatitra voaran’izy ireo avy any amin’ny faritra maro manerana ny Nosy dia tena mirongatra tanteraka izany doro tanety izany any amin’ireo faritra ireo. Isan’ny ahitana izany indrindra, ny aty afovoan-tany, toy ny amin’ireo faritra tsy lavitra ny renivohitra. Isan’izany, ohatra, ny any amin’iny faritra manodidina ny distrikan’Ankazobe iny sy ny any Anjozorobe.

Nanamafy indray, tamin’ny faran’ny herinandro teo, ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena, Paul Rabary, tsy misy hevitra mihitsy ary tsy ho azo tanterahina amin’ity taona ity ny fitakiana ataon’ny mpampianatra Fram amin’izao fotoana izao. Izany hoe tsy hisy mihitsy aloha izany fandraisana ireo mpampianatra Fram miisa 75 000 izany, raha mbola amin’ity taona ity. Nambaran’ny minisitra fa ny voalazan’ny tetibolam-panjakana izay vao nankatoavin’ny Solombavambahoaka no tsy ahafahana manatanteraka izany.

En parlant d’initiative et de responsabilité sociale, la compagnie Ambatovy reste un exemple malgré les fortes critiques portées à son encontre. Avec un fonds d’investissement social, Ambatovy contribue au développement économique des régions qui l’entourent par des projets d’investissement. La semaine dernière, elle a distribué par exemple 4 000 poussins aux fermiers des communes d’Ampasimadinika, Brickaville et Ambinaninony dans le cadre du projet avicole « Harenasoa » financé sur son Fonds d’Investissement Social (FIS) même.

Madagascar pourrait-il un jour s’acquitter de toutes les dettes contractées par les dirigeants successifs afin de réaliser des projets entrant dans l’épanouissement des conditions de vie de la population ou de mettre en place des infrastructures pour les besoins d’un développement suivant le rythme de l’évolution technologique ? Sans être réellement conscients de leur avenir concernant ces dettes empruntées qui, au lieu de développer le pays, continuent à l’appauvrir, les jeunes d’aujourd’hui ne peuvent qu’être inquiets de leur sort et se posent la question de savoir quand est-ce que Madagascar sortirait enfin de l’emprise de la dette.

Les familles des victimes de l’accident d’un taxi-brousse survenu à 80 kilomètres d’Antsohihy, au niveau du village d’Antanambao Manambaro le 30 juillet 2014 réclament justices et indemnisation. Les poursuites judiciaires engagées contre les responsables de cet accident, notamment la coopérative et le chauffeur, tardent à aboutir. Un mois après, aucune lumière n’apparaît au bout du tunnel et les proches des victimes commencent à s’impatienter